La différence entre labels et organismes certificateurs.

Les organismes certificateurs sont les entreprises ou associations qui vérifient les caractéristiques nécessaires à l’obtention des labels cités précédemment. Ce ne sont pas les labels qui vérifient eux-mêmes les caractéristiques afin de ne pas être juges et partie.

Les différents organismes de contrôle les plus connus sont :

- Ecocert

Il vérifie et certifie l’application des exigences demandées par le label Cosmébio.

- Qualité France permet également de certifier les exigences de Cosmébio, mais utilise des règles encore plus strictes.

- Eco-control certifie les exigences du label BDIH ainsi que celles du label Natrue.

- NOP, organisme américain a pour but d’être en accord avec le Bio européen. Par ailleurs, il ne certifie actuellement que les matières premières et les fournisseurs.

 

Parmi ces organismes, Ecocert, pionner en la matière, a créé une confusion dans les esprits.  En effet, beaucoup croient que le symbole ou le logo Ecocert est synomyme de produit « Bio », ce qui n’est pas suffisant. Le flou autour de cette mention fragilise la crédibilité de l’ensemble des acteurs de la filière BIO.


Présentation des labels.

COSMEBIO

Association Professionnelle Française de la Cosmétique Ecologique et Biologique. Cette association regroupe l’ensemble des acteurs de la filière cosmétique :

- Fournisseurs de matières premières et d'ingrédients, fabricants de cosmétiques, laboratoires cosmétiques, distributeurs. 

L’ensemble de ces protagonistes est engagé dans la cosmétique Naturelle et Biologique. Pour pouvoir être adhérent et utiliser les logos propres à la Cosmétique Ecologique et Biologique, il faut avoir reçu la certification d’un organisme de contrôle indépendant. La certification repose sur un cahier des charges strict inscrit dans la charte Cosmébio, déposé au Ministère de l'Industrie en 2003 (France). 

Pour pouvoir bénéficier et apposer sur les produits ces labels, les fabricants doivent être adhérents à Cosmebio et détenir une certification pour leurs produits et procédés de fabrication délivrée par Ecocert ou Qualité-France.

*Les Laboratoires KART sont membres de COSMEBIO depuis 2005.

 

  • Les objectifs de Cosmebio sont clairs et nombreux :

- Offrir aux consommateurs de réels produits cosmétiques et d’hygiène, efficaces, non toxiques, constitués de composants naturels et biologiques certifiés, dans le respect de l’homme, des animaux et de l’environnement, et avec le souci de la transparence des ingrédients et procédés de fabrication utilisés.

- Promouvoir la filière de la cosmétique écologique et biologique en favorisant l'information et la formation des adhérents ainsi que la protection des consommateurs. 

 

Pour un maximum de transparence, Cosmébio a édité une Charte dont le but est d’élaborer un concept clair et simple au service d’une cosmétique authentique, naturelle et respectueuse de certains principes évoqués dans celle-ci. Elle concerne les ingrédients en eux même, leur origine, leur méthode d’extraction, leur gestion, le mode de fabrication des produits, la traçabilité, le respect de l’environnement

 

Cosmébio délivre donc deux labels différents le label Nat et le label Bio, plus exigeant. Ils répondent aux règles de formulation suivantes : 

Cosmébio considère les ingrédients selon leurs origines, il en existe plusieurs sortes :

 

Les ingrédients d’origine naturelle

Les ingrédients d’origine végétale

Les ingrédients d’origine végétale Biologique

Les ingrédients d’origine animale

Les ingrédients d’origine animale Biologique

Les ingrédients d’origine synthétique

 

Ces ingrédients sont soumis à de nombreuses règles assez complexes et leurs « noms » peuvent porter un peu à confusion.

 

Les ingrédients d’origine synthétique sont désignés comme tels, les ingrédients naturels mais qui nécessitent une transformation chimique pour être utilisables. Ces transformations chimiques sont très réglementées et peu sont autorisées. L’ingrédient de base “transformé,” aussi naturel qu’il puisse être, entre par le fait dans la catégorie dite “synthétique”. 

 

Les ingrédients d’origine animale sont les ingrédients de production animale, c'est-à-dire les ingrédients produits par des animaux, comme la cire d’abeille par exemple. La cosmétique interdit évidement d’utiliser des animaux vivants ou morts dans un produit.

 

Les ingrédients d’origine non Biologique, végétale et animale, sont les ingrédients dits certifiables dans les schémas. Leur introduction est limité à 50% dans le label Eco et à seulement 5% dans le label Bio (par rapport à la somme de tous les ingrédients certifiables).

Ces ingrédients dits certifiables sont d’origine végétale ou animale et d’origine Bio ou non.

 

Les ingrédients d’origine naturelle, sont des ingrédients qui on subit un procédé « d’extraction doux » selon les termes du cahier des charges. (fermentation, hydratation, estérification…). L’eau est également considérée comme d’origine naturelle.

 

Enfin les ingrédients Biologiques sont directement issus de l’Agriculture Biologique. Ils sont mis en avant par le cahier des charges Cosmébio et doivent être incorporés au minimum à 5 et 10%, respectivement pour les labels Eco et Bio.

Pour les végétaux cela est évident, pour les animaux ils doivent se nourrir ou récolter des produits issus de cette agriculture, ainsi les miels ou autres laits seront certifiés ingrédients Bio si cette condition est remplie.

Un ingrédient Biologique, végétal ou animal, sera compté dans le pourcentage Bio et naturel. Ainsi un produit composé à 100% d’ingrédients d’origine Biologique sera également 100% naturel. De la même façon un ingrédient non bio, d’origine animale ou végétale, est aussi considéré comme d’origine naturelle.

  • Les trois règles de formulations sont donc simples une fois que la classification a été faite :

 

  1. Le produit doit avoir au minimum 95% d’ingrédients naturels (5% d’ingrédients d’origine synthétique au maximum).
  2. Le produit doit contenir au moins 5%(pour le label Eco) ou 10% (pour le label Bio) d’ingrédients issus de l’Agriculture Biologique

    Ces deux premières règles simples à comprendre doivent être mentionnées sur le packaging et les ingrédients Bio doivent être signalés, pour une meilleure lisibilité.

    La troisième règle n’est pas mentionnée car plus complexe à saisir pour le grand public. Elle est la suivante :

  3. Sur le total des ingrédients certifiables 95% au minimum doivent être d’origine Biologique.

Cette règle ne compte donc pas la totalité des ingrédients mais seulement les ingrédients d’origine végétale, les ingrédients d’origine végétale Biologique, les ingrédients d’origine animale et les ingrédients d’origine animale Biologique. 

 

En fait, à chaque fois que l’on incorpore 0.5% d’un produit d’origine végétale ou animale non Biologique, il faut compenser cet ajout par environ 10% de produit(s) d’origine Biologique.

En effet 10 / (10+0.5) = 0.952 = 95.2% > au 95% minimum exigés

 

Cosmébio réglemente aussi l’étiquetage des produits en imposant des règles pour une meilleure lisibilité des pourcentages Biologiques, Naturels et l’indication précise de leurs différenciations (bio ou non-bio).

 

 

BDIH

Bundesverband Deutscher Industrie Handelunternehmen.

”BDIH” est à l’origine une association de marques pharmaceutiques et d’industries œuvrant dans le domaine de la santé, de la diététique et des produits d’hygiène. Cette association créée en Allemagne en 1951 fut précurseur en matière de certification de produits naturels. Mais ce n’est qu’en 1996, que les membres de BDIH s’associent avec des fabricants de cosmétiques et développent une directive pour les cosmétiques naturels contrôlés. Aujourd’hui plus de cent entreprises remplissent les conditions de la charte de qualité cosmétique de BDIH et plus de trois mille produits portent la marque de contrôle. 

 

BDIH se focalise sur le côté naturel des produits et son label est un gage de sécurité  pour les produits dits “Naturel”. Les règles du BDIH sont complètement différentes de celles du référentiel Cosmébio. En effet il n’y a aucune règle de pourcentages à obtenir. Ce label a des règles très simples.

 

BDIH impose que les ingrédients utilisés soient tous dans sa liste positive. Cette liste est plus stricte que les autres labels notamment avec les tensio-actifs et les conservateurs. Cette liste n’est pas figée et il est possible de soumettre au BDIH de nouveaux ingrédients mais il faut absolument qu’ils soient naturels. La notion de produit naturel modifié dit “synthétique” n’existe pas avec ce label.

 

Les conservateurs et les tensio-actifs sont donc très peu nombreux. Les conservateurs utilisés doivent être mentionnés, seule obligation quant à la signalétique sur l’emballage. Il n’y a pas non plus de règles pour la gestion des déchets et des produits de nettoyage. Ceci est laissé à la libre appréciation de l’entreprise.

  • Le label BDIH se concentre uniquement sur le contenu du produit.

Il est évident que les ingrédients non naturels sont prohibés. Sont donc exclus des formules, les colorants organiques synthétiques, les substances aromatiques synthétiques, les matières premières éthoxylées, les silicones, les huiles minérales ainsi que d’autres produits dérivés du pétrole…

 

Les produits présentant le logo BDIH utilisent par exemple comme substances naturelles des huiles, graisses et cires végétales de grande qualité, des extraits de plantes, des eaux florales ou des huiles essentielles ainsi que des produits issus de la cueillette sauvage contrôlée. 

 

Un pictogramme vient compléter distinctement les designs existants. Le texte peut être en plusieurs langues, mais il est toujours aisément reconnaissable.

Actuellement, les laboratoires KART possèdent le label BDIH sur plus de 60 produits.

 

 

Autres labels.

Les autres labels sont extrêmement peu connus, nous ne développerons pas leurs exigences. 

Il faut néanmoins savoir qu’un label européen est sur le point de voir le jour. Il a pour but de limiter les conflits entre les différents organismes et de faciliter la reconnaissance du consommateur. Les règles ne sont pas encore établies.

En tant que membre de Cosmébio et de BDIH nous sommes consultés sur certains points. Nous nous efforçons de donner à cette initiative une direction fidèle à nos convictions.

Un tableau de marche très intéressant est en cours d’établissement pour ce label qui deviendra à moyen ou long terme assez strict et apportera des garanties supplémentaires de qualité. Néanmoins, les discussions sont longues. Une harmonisation optimale des divers labels implique des procédures lentes, mais ce label pourrait être prochainement mis en place.

Nous ferons écho de cette actualité à travers notre site internet.

 

 

Présentation des organismes certificateurs.

 

ECOCERT

Organisme de contrôle et de certification indépendant.

Ecocert est un organisme Français de certification reconnu par les pouvoirs publics qui propose la certification Cosmétique Écologique et Biologique depuis la fin 2002. 

Le référentiel Ecocert est basé sur la charte Cosmebio.

Pendant longtemps Ecocert a été le seul organisme certificateur du label Cosmébio, le seul organisme capable de vérifier si les conditions remplies pour obtenir le label étaient présentes. C’est à cela qu’Ecocert doit aujourd’hui sa grande notoriété. Cet organisme possède aujourd’hui plusieurs branches à l’étranger pour consolider sa position d’organisme de certification leader. 

Ecocert pratique un audit par an.

 

 

QUALITÉ-FRANCE

Organisme de contrôle et de certification indépendant.

Le label « Qualité France » est un label public français reconnu à l’international. Cet organisme de contrôle et de certification indépendant reconnu par l’État, certifie également les fournisseurs de matières premières, l’alimentation… 

 

Un référentiel a été établi à l'attention des fabricants de cosmétiques. Ils doivent le respecter afin de pouvoir apposer le logo « Qualité France ». Ce référentiel Cosmétique de qualité France est reconnu par Cosmebio ce qui donne le droit à Qualité France de certifier des produits cosmétiques et de vérifier si les exigences de Cosmébio le sont et le cas échéant de délivrer, tout comme Ecocert les labels Cosmébio.

 

Cet organisme est bien moins connu qu’Ecocert, car il est apparu plus tard dans la cosmétique, en effet Qualité France étaient au départ uniquement dans l’alimentaire. Leur charte de vérification est néanmoins plus poussée que celle de Cosmébio.

En effet le label Comébio est régit pas 3 règles (cf paragraphe sur Cosmébio), Qualité France respecte à l’identique les deux premières mais est plus stricte sur la troisième.

 

Qualité France n’autorise pas l’utilisation d’une matière première si son équivalent existe dans l’Agriculture Biologique.

 

Ainsi par exemple, aucune huile essentielle non Biologique n’est tolérée. Les seules exceptions sont techniques. Si un produit Bio pose un problème technique de formulation (c'est-à-dire si le produit en version Biologique possède des différences physico-chimiques dues en général à sa méthode d’extraction qui ne permettent pas un usage identique à la matière non Biologique), Qualité France fait une dérogation technique et, dans ce cas là, on respecte la règle de Cosmébio. Les dérogations technique sont soumises à un comité scientifique qui statut sur la contrainte technique. Cette rigueur est plus simple à comprendre pour le consommateur que la troisième règle de Cosmébio et apporte de plus au produit un degré de qualité supplémentaire.

 

C’est pour cette raison que les Laboratoires Kart ont choisi de travailler avec Qualité France. Une exigence précise et au-delà du minimum requit par COSMEBIO.

 

Qualité France pratiquent 2 audits par an, pour s’assurer que les règles sont parfaitement respectées.

 

 

ECO-CONTROL

L’organisme de certification qui contrôle les produits BDIH se nomme Eco-control, il est calqué sur le référentiel du label, un contrôle d’une journée par an est effectué pour vérifier que tous les critères sont respectés. Il est aussi habilité à contrôler les caractéristiques pour les nouveaux labels Natrue.